Aller au contenu

[PPWC22] Partage du corps et des genres par le système d’Halgkyr

Transcription:

Bonjour à toutes et à tous, je profite d’un fronting adapté et d’un élan de motivation pour enfin faire une vidéo pour la conférence de positivité plurielle. Je me suis demandée qu’est-ce que je pouvais apporter à cette conférence, et en matière de positivité, vu que j’ai eu pas mal de problèmes au niveau dysphorie/partage de corps/harmonie tout ça (de système) mais que de nos jours, bah tout va beaucoup mieux, et que c’est vachement agréable en fait quand on y arrive enfin… je me suis dit peut-être que j’ai quelques petites choses à apporter à ce sujet-là, à tous ceux qui peuvent être intéressés, (ceux et celles.) Du coup petit warning juste au cas-où, je peux parler vaguement de sexe de manière indirecte, sans jamais trop m’en rapprocher pour que ça reste familial un minimum, et aussi un petit peu de transition donc de changement de corps tout ça. En gros je voulais… Oui tout ce que je vais dire, déjà ça va être du point de vue d’une personne trans-féminine vu que je suis une femme trans – après quand on va dans les détails du système évidemment, il y a plein d’autres détails mais en gros, notre travail de groupe et notre corps, on les considère comme une femme trans – mais du coup je voulais dire que ça peut aller dans cette direction-là, qui ne sera pas forcément la vôtre, toutes mes expériences restent personnelles ; après je vais essayer de donner des grandes lignes, de choses utiles, qui m’ont aidées, et en gros il va falloir peut-être que vous vous inspiriez de ces grandes lignes, et que vous trouviez votre propre voie pour que votre système soit à l’aise. Donc en gros, les grandes lignes: il y a ce que dirais- ce que j’appellerais l’universalité, la modulabilité, le compromis, et quand même aussi un petit coup d’individualité, parce que même si on veut être dans l’harmonie du partage de corps, et que tout le monde soit un peu à sa place – ou justement que chacun puisse avoir sa place individuellement sans déranger non plus les autres. C’est surtout ça le truc. Donc, pour ce qui est par exemple de l’universalité, on va pouvoir chercher dans tout ce qui, de manière assez évidente, puisse par exemple être androgyne si jamais on a des gens de pleins de genres différents, ou des trucs comme ça (je suppose que pas mal de mes conseils peuvent être utiles aussi pour les gens qui sont de genre fluide ou choses comme ça – après moi c’est pas quelque chose que je me considère, c’est juste qu’il y a d’autres gens là-dedans qui sont autrement) mais par exemple, en bonne exemple d’universalité, il peut y avoir par exemple si on porte un sarouel – un sarouel c’est pas féminin, c’est pas masculin, et donc un alter de n’importe quel genre devrait pouvoir se sentir un minimum à l’aise à priori avec. Donc c’est déjà quelque chose que je trouve relativement pratique quand on a pas encore toutes ses marques avec chacun, ou qu’il y en a qui ne sont pas à l’aise, toujours avoir des trucs qui ont un peu une certaine universalité c’est toujours bien. Petite mention: si vous avez fait des travail- travaux de remise en question du genre ou de déconstruction du genre, déjà ça va beaucoup vous aider, parce que… comme ça au moins, il y a certaines choses que vous allez pouvoir considérer d’une manière plus ouverte, notamment par exemple si vous avez fait tout le travail mental pour vous dire que vous pouvez être un homme sans avoir quelque chose dans le pantalon, ou des trucs comme ça, que c’est pas ça qui fait un homme, quoi. Donc déjà si vous avez cette ouverture-là ça va aider les choses -après évidemment ça ne peut pas effacer toutes les dysphories ou ce genre de truc- mais on peut… déjà c’est un bon début. Donc pour ce qui est de l’universalité tout ça, on peut passer… ça peut rester encore assez clair, mais la notion de modulabilité, peut être peut-être plus intéressante, donc je vais passer à ce niveau-là. Et donc c’est ce que vous pouvez changer régulièrement, facilement en cas de switch, notamment par exemple: vous pouvez voir ici un side-cut (cheveux courts) – ici cheveux longs, et donc si jamais il y a n’importe quel type de switch qui fait que… quelqu’un aurait envie uniquement de cheveux longs, pourrait faire passer les cheveux de l’autre côté, et cacher les cheveux courts entièrement, on peut garder les deux, on peut attacher les cheveux longs en arrière pour essayer d’avoir que les cheveux court. Donc rapidement toujours avoir de quoi attacher ses cheveux et avoir des courts/des longs, ça permet de moduler selon le switch rapidement de l’un à l’autre… Vous pouvez vous dire aussi: « Tiens cette personne quand même elle a une moustache… alors que c’est une femme trans » eh bah là aussi il peut y avoir des notions à la fois de modulabilité (même si elle est pas évidente à premier abord) et de déconstruction de genre ou de vision. Pour ce qui est de la modulabilité: bah en fait voilà… [met un masque] Je n’ai pas de moustache ! Donc je passe la plupart de mon temps en publique avec un masque. Donc déjà, toutes celles qui sont plus féminines… Bah ça passe. Donc c’est un exemple de modulabilité, le fait de… se cacher le visage, ce qui peut aussi être utile par exemple, quand il y a un switch et que quelqu’un qui ne s’identifie pas à « ceci », veux socialiser avec les gens mais n’a pas envie de le faire avec « votre » visage, entre guillemets, ou le visage de quelqu’un – qui que ce soit, bah au moins le fait de se masquer, ça cache à moitié le visage, et il y aura peut-être moins l’impression par exemple de se faire passer pour l’hôte ou je sais pas quoi au niveau visuel, (selon comment votre système marche s’il y a un hôte ou quoi que ce soit) plus vous cachez votre visage, plus il sera « universel » entre guillemets parce qu’on peut imaginer n’importe quoi derrière, on va dire. Mais dans les exemples de déconstruction mentale ou de choses comme ça ou de voir les choses différemment, notamment, ces moustaches, elles sont en fait inspirées de femme à barbe, qui n’avait pas le milieu de la moustache qui pousse, et j’avais été étonnée justement de voir que le milieu qui ne pousse pas, ça ne ferme pas le visage à la masculinité, et donc ça minimise la dysphorie pour certains alters plus féminins, tout en laissant un minimum d’espace aux alters plus masculins, que justement c’est un des seuls trucs qu’ils ont gardé, avec possiblement la voix qui peut être grave ou ce genre de chose. Donc, ça fait aussi un peu un compromis entre de la pilosité faciale et pas tant que ça, ou ce genre de chose, et ça peut toujours être caché, donc ça fait un peu de tout partout. Pour ce qui est de la modulabilité par exemple, vous pouvez toujours avoir aussi… avoir de quoi rembourrer des choses, des packers des trucs comme ça ; c’est toujours aussi… j’ai un peu une politique de « si on a moins on peut mettre plus », si le corps a des éléments plus… en moins qu’en trop, ça permet justement à la modulabilité d’avoir la possibilité de ne pas avoir ces éléments, ou alors de les rembourrer avec quelque chose, de les remplacer, avec des accessoires, et donc on peut choisir ou non d’avoir les choses. C’est vrai que si au niveau transition il y a des possibilités de retirer certaines choses mais de pouvoir quand même (pour les alters pour qui ça manquerais, ces certaines choses) de les remplacer avec des accessoires et ce genre de chose, c’est quand même relativement agréable je trouve. Pour ce qui est des manières de voir aussi, par exemple, même s’il y a des choses par exemple, qui peuvent être très féminines pour certains ou pas, il y a certaines affaires qui permettent que certains d’entre-mois par exemple plus masculins ne vont pas prendre comme « être en train de porter des choses féminines » mais vont se dire, notamment par exemple avec un manteau, « je porte un manteau de pimp » ou ce genre de chose, et donc ça ne perturbe pas leur genre, en fait. Ça peut être drôle, justement, le fait que quelque chose soit drôle à porter ou d’y trouver de l’humour, c’est mieux que d’y trouver du désagréable, en fait. Donc ça peut être détourné de plein de manières comme ça, que ce soit perçu de manière je sais pas, ironique ou tout ce que vous voulez, plutôt que « un affront » ou des trucs comme ça – parce que je sais par exemple que certaines boucles d’oreilles qui se sentent trop, certains avaient pu sentir ça de manière très négative et s’être rapidement enfui du front à peine ils étaient arrivés – donc ouais il faut tester un petit peu plein de choses différentes pour l’apparence, des accessoires des choses, et s’assurer qu’elles soient compatibles avec la plupart des gens (j’avais fait des listes comme ça, de chaque chose qui pouvait correspondre à une personne mais pas à une autre, et les éliminer un peu) donc par exemple notamment dans les boucles d’oreilles il y a certaines choses que je ne porte quasiment plus parce que je sais que c’est moins universel que d’autres ou des trucs comme ça. Je rajoute une mention sur les bienfaits de la dissociation, entre soi et le corps par une anecdote personnelle par rapport à l’un d’entre-moi, qui me dit-on avait énormément de dysphorie ou de dysmorphie, mais d’un jour sur l’autre il s’est mis à complètement se différencier « lui » du corps, ce qui permet par exemple quand il est au front en co-conscience avec quelqu’un et qu’il voit un miroir, il va se dire « Ah tiens, TU as une bonne tête » et pas « J’ai une tête qui ne me correspond pas du tout » et donc ça fait une grosse esquive de la dysphorie et de la dysmorphie. Donc outre la recherche d’universalité et de choses vraiment qui vont à tout le monde, c’est toujours bien aussi parfois d’avoir un petit peu d’individualité possible, et donc par exemple d’avoir certains objets ou trucs comme ça qui correspondent vraiment à une seule personne ou ce genre de chose, et de les avoir un petit peu toujours sur soi, ou quand on sais que la personne est plus souvent au front ou ce genre de truc, de pouvoir l’avoir dans une poche, dans un sac, pour pouvoir… sois la rassurer, soit montrer une preuve qu’elle est là, je sais qu’il y a certains d’entre-moi qui ont fini par avoir un petit peu leurs propres signes pour des raisons complètement indirectes (par exemple quelqu’un qui a souvent mal aux yeux va se mettre des lunettes de soleil, et du coup bah il est un peu reconnaissable par ça) Mais du coup vous pouvez aussi par exemple avoir un petit truc comme de la joaillerie, ou des choses comme ça qui peuvent être des signes, qui montrent un peu que les gens sont là, ou alors pour s’approprier le corps, parce que… c’est vrai que quand le corps est universalisé pour qu’on ai l’impression que tous puissent y avoir sa place, bah certains gens peuvent se sentir un peu invisibles ou ce genre de truc, et par exemple je pensais à… cette petite joaillerie, que j’avais… (c’est pas la mienne du coup, c’est l’une d’entre-moi qui l’avait offert à un autre système que je ne vais pas mentioner), et justement ça avait été choisi spécifiquement, parce que l’alter à qui on l’a offert, ça lui correspond très bien, mais le reste du système, ce n’est pas du tout son style ! Et donc, bah le reste du système ne va pas porter ce bijou, quand la personne en question ne fronte pas, c’est vraiment pas leur truc, et donc ça permet vraiment de lui faire un truc très personnel qu’elle puisse porter quand elle est là, et que ça la rassure qu’elle ai sa place parmi tout le reste, et que ça lui fasse un peu de… que ça la rassure en fait. Donc vous pouvez trouver pour chaque personne qui aurait des problèmes à se sentir visible, ou toute autre chose, n’importe quel objet comme ça – ou alors que ce soit aussi pour les des histoires de pronoms, ou ce genre de truc, si vous… socialement vous voyez d’autres gens, qu’il y ai des trucs qui vous… qui soient clairs pour le genrage, ce genre de chose. Vous pouvez voir aussi pour tout ce qui est par exemple chez les personnes de genre fluide, je sais qu’il y a des bracelets ou des trucs comme ça avec des couleurs qui sont changeables. Si vous êtes pas beaucoup dans le système aussi, vous pouvez vous permettre d’avoir un code couleur ou un code de chiffre ou quelque chose comme ça. Même si vous êtes beaucoup vous pouvez toujours avoir un code mais c’est juste plus compliqué, ça demande un peu plus d’efforts pour trouver comment faire ça pour chacun. Pour ce qui est des compromis, là du coup ça peut être moins agréable pour certains, mais il faut trouver des manières que ça passe quand même. Donc par exemple pour tout ce qui est permanent, (donc par exemple la transition) il y en a qui peuvent être pas forcément d’accord tout le temps. Moi c’était ma grande peur quand je me suis rendue compte de ma multiplicité, c’est « est-ce qu’il y en a qui vont pas être d’accord ? » et au final avec le temps et pas mal de communication, (c’est toujours le maître mot, la communication de toute manière, pour avoir un minimum d’harmonie) même avec les gens « difficiles » ou « problématiques » ou quoi que ce soit, ça peut être relativement difficile… d’être en bon terme avec eux – mais en général ça vaut le coup quand on y arrive. Et donc là au niveau du compromis bah, il faut essayer (même si on a pas envie) de les écouter un minimum, il faut essayer… bah notamment, si votre intention est de retirer de manière permanente quelque chose ou d’ajouter de manière permanente quelque chose, et que la personne n’est pas forcément hyper d’accord sur le coup, vous pouvez par exemple faire une sorte de contrat, de « jusqu’à ce qu’on fasse ça de manière permanente, on t’accordes plus de contrôle sur le corps pour par exemple profiter de la situation avant », même si par exemple elle peut être trigger pour d’autres gens, le fait de… essayer autant que possible de se mettre un peu des barrières mentales de dissociation pour ranger les trucs et les laisser un peu profiter de leur temps avant les changements permanents (Ne faites riende risqué si vous n’êtes pas dans un environnement sécurisé avec des gens qui vous peuvent vous soutenir !) on avait fait ça de notre côté et… bon, les barrières mentales avaient pas forcément très bien tenues et il y a eu des triggers qui ont étés dérangés, mais de manière positive, ça a permis à la personne qui au départ n’était pas trop d’accord avec… enfin voulait garder certaines choses, ça lui a fait réaliser à quel point les autres gens du système, à quel point c’était important pour eux, parce que… à quel point ça pouvait faire un peu des… dégâts, des choses négatives pour eux, et le fait d’avoir laissé un petit peu faire, et donc… Il faut quand même… faire ça de manière un minimum équilibré, mais à avoir vu ce que ça faisait, il a pu comprendre, surtout avec l’espace qu’on lui avait donné et l’écoute qu’on lui a donnée, il a pu comprendre à quel point c’était important pour le système de faire certains changements. Donc ouais les compromis c’est pas facile, mais au moins même si on a eu des moments difficiles et compliqués, dans cette mise en accord, entre gens très différents, bah après coup il ne nous embête plus du tout, sur le fait qu’on lui ai laissé vivre certaines choses, et le fait qu’il ai pu réaliser à quel point c’était important pour les autres de changer les choses, et donc. Oui. Ça peut valoir quand même le coup. De faire des compromis, faire des « pactes », signer des trucs, des contrats, c’est ça. Mais je vous encourage à réfléchir à un peu tout ça, à en discuter régulièrement avec les autres membres de votre système, si vous frontez pas en même temps bah d’écrire les choses et d’encourager à aller checker un petit peu ce que vous avez écrit, tout ce genre de choses… voir ce qui peut être bien pour vous, et… du coup voilà, je vais vous laisser là-dessus. J’ai fait exprès de ne pas laisser mes contacts dans le coin parce que je montre une apparence physique dans le coin, mais si jamais vous voulez me contacter normalement je serais là à peu près tous les premiers samedis du mois jusqu’ici sur TPA, donc la Plural Association Community, pendant les rendez-vous, et sinon je suis toujours un peu autour de Partielles, donc dans leur communauté tout ça. Vous pouvez me trouver là-bas normalement. Du coup je vous souhaite bon courage à tous, parce que des fois il en faut, je vous souhaite d’atteindre une harmonie au moins aussi bonne que la mienne actuellement parce que je sais que ça peut faire très mal de ne pas être en harmonie avec sois-même… et je vous dit, euh, Au Revoir.

Étiquettes: