[IMG] Les types très diversifiés des alters

Transcriptions:

Différences entre rôles et types:

Là où les rôles servent un peu de balises pour se comprendre et comprendre son système, les types permettent surtout de comprendre certaines difficultés et certains besoins très personnels des alters. Les types d’alters n’ont pas vraiment de rapport avec les rôles, tous les types peuvent avoir tous les rôles.

Un type?

Alors oui, au début, c’est déconcertant. C’est une des raisons pour lesquelles les personnes qui n’y connaissent rien (ou qui sont tout simplement malveillantes) décrédibilisent la multiplicité mais ça n’a rien d’un jeu et il suffit de se placer du point de vue d’un.e enfant pour le comprendre.

Ce qu’il faut retenir, c’est que tout est possible en matière de mulltiplicité et que ça n’impacte en rien la légitimité des personnes multiples.

Little – Ado – Ageslider

les littles sont des alters enfants, généralement âgé.e.s de 12 ans ou moins. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, un.e little n’est pas l’enfant que la personne multiple a été ou aurait été durant son enfance.

Petite note : ce n’est pas parce que les littles sont des enfants qu’iels se comportent forcément comme des enfants, iels peuvent être tout à fait conscient.e.s de leur condition d’adulte et savoir agir de façon adulte.

L’alter ado est… un.e ado, âgé.e entre 13 et 18 ans (ou 21 ans dans certains pays ^^). Comme les littles, les alters ados peuvent agir ou non en adéquation avec leur âge.

Les agesliders sont des alters qui changent d’âge. En général, iels ont plusieurs âges plus ou moins précis ou plusieurs « stades » de maturité (exemple : enfant – ado – adulte) et peuvent osciller entre ces différents âges.

Humain.e.s correspondant au corps

Les alters peuvent être humain.e.s, cisgenres, âgé.e.s de l’âge du corps, etc… Bon, sans rire, évidemment, beaucoup d’alters sont humain.e.s, qu’iels « correspondent » au corps ou non. Il fallait au moins les citer ^^

Les alters non-humain.e.s

sont des alters qui s’identifient à des animaux, des créatures fantastiques, imaginaires, des anges, des robots, etc…

C’est un type d’alters encore très mal compris qui peut attirer les moqueries des autres et qui peut causer une certaine honte pour les personnes multiples. Il faut bien comprendre que le cerveau d’un.e enfant ne maîtrise pas les notions comme l’espèce à laquelle il appartient. La formation des alters n’est donc pas systématiquement « logique et rationnelle » aux yeux de la société.

Des alters non-humain.e.s peuvent se

former plus tard.

Quelques exemples:

les alters animaux:

animaux représentant une protection (loup, …) ; animaux délaissés faisant écho aux traumas (chiens errants, …) ; animaux choyés à l’image de ce que la personne aurait aimé recevoir (chat, lapin, …) ; notions imposées (chienne, …).

Être un animal dans un corps humain, ce n’est pas forcément simple ! Pour pallier à ce problème d’espèces, certain.e.s alters sont plutôt des hybrides, gardant une certaine part humaine. Une autre catégorie fréquente est celle des alters mythologiques, fantastiques ou imaginaires,

omme les dragons, les fées, les vampires, … Cela fonctionne de la même façon que pour les alters animaux, avec un certain besoin de protection ou d’expression de sentiments profonds. Et il y a aussi les alters non-humain.e.s et non vivant-e-s

ou presque. Exemple fréquent : l’alter robot, qui peut être à l’image de la dissociation ou d’obéissance sans libre-arbitre

Les introjects

Les introjects sont des alters à l’image d’une représentation internalisée de personnes ou de personnages venant de l’extérieur du système. Il y a deux types d’introjects : les factifs et les fictifs.

Les factifs sont des alters à l’image de personnes réelles.

Les fictifs sont des alters à l’image de personnages de fictions : films, séries, livres, dessins-animés, marques, etc…

L’origine des introjects est la même que pour les alters non-humain.e.s, le cerveau fait à peu près ce qu’il peut pour gérer ^^ et il utilise ce qu’il à sa disposition pour s’identifier et trouver ses propres ressources.Tout comme les littles et les alters non-humain.e.s, iels peuvent agir exactement de la même façon que leur « modèle », ou s’en détacher avec le temps, ou n’en prendre que quelques caractéristiques, ça dépend d’un.e alter à l’autre.

Fragments

désignent en général des morceaux d’identité qui ont été dissociés du reste du système ou d’un.e alter en particulier et qui ne sont pas vraiment des alters. Ils sont plutôt destinés à une tâche particulière ou à la gestion d’un sentiment précis. Ce n’est pas parce qu’ils sont « incomplets » que les fragments ne doivent pas être considérés ! Au contraire, ils sont utiles et sont parfois la clé pour dénouer des traumatismes.

Original.e

vient à la base des premières théories sur l’origine du TDI, qui considérait qu’il y avait une personne de base (l’originale) qui « perdaient » certains morceaux devenant ensuite eux-mêmes d’autres identités, formant les alters.

Les théories actuelles (qui restent des théories, n’oublions pas) ont changé et on considère plutôt qu’il n’y a pas d’original.e et qu’il y a des alters dès le départ.

Que vous considériez que votre système a un.e alter original.e ou non, il faut tout de même retenir que toustes les alters sont égaux.les et que l’original.e n’est pas plus important.e que les autres.

« Figurant.e » ou « Passer by » (PNJ)

Dans certains innerworlds, il peut y avoir besoin de « figurant.e.s » pour rendre l’environnement interne plus crédible ou pour que les alters ne s’y sentent pas isolé.e.s, c’est le cas lorsque l’inner est un centre-ville par exemple. Ces « passer by » (passant.e.s) ne sont pas vraiment des alters, iels ne sont pas vraiment conscient.e.s et font plus ou moins partie du décor. Le terme « PNJ » a souvent été utilisé pour désigner ces « figurant.e.s » mais c’est il est sujet à controverse car la multiplicité a souvent été réduite à un « jeu » pour être discréditée.

Pan & Pe

PAN, pour Partie Apparemment Normale, et PE, pour Partie Émotionnelle, sont deux termes plutôt repris dans les théories actuelles sur l’origine de la multiplicité traumatique, notamment la dissociation structurelle. Comme déjà dit, ce ne sont que des théories et la dissociation structurelle, même si cohérente, doit encore être approfondie selon nous (pour plusieurs raisons qu’on ne développera pas ici).

Pour faire un résumer simple, on considère que les PANs sont des alters qui gèrent les tâches et qui fonctionnent « apparemment normalement » tandis que les PEs sont des alters lié.e.s à l’émotionnel ou qui gardent les matériaux traumatiques (souvenirs, réactions, …). Les hôtes sont repris dans la catégorie des PANs alors que les trauma holders et les protecteurices sont souvent repris dans la catégorie des PEs, mais c’est pas toujours clair au final ^^

Autres types parfois controversés

On retrouve encore souvent des termes comme « Opposite-sex alter » et « Disabled alter ». Ces deux termes sont originaires de la psychiatrie, qui fait ou faisait une distinction pour les alters « de sexe opposé » (entendre par là : pas cisgenres par rapport au corps en fait) et les alters « handicapé.e.s » (c’est-à-dire ayant un handicap que le corps n’a pas, par exemple : un.e alter aveugle dans un corps voyant).

Ensuite, il y a les alters racisé.e.s. Alors, évidemment, il est tout à fait cohérent qu’un.e alter soit racisé.e même quand le corps ne l’est pas. Là où il faut tout de même faire attention,

c’est à ne pas s’approprier le vécu des personnes racisées « à l’extérieur » qui, il faut le dire, sont discriminées. Voilà, simplement.