[YT] Les relations intra et extra système – multiplicité

Transcriptions:

Durant toute la vidéo, au premier plan il y a à droite un dessin animé de panda roux (“K:” dans les sous-titres) et à gauche de loup (“E:” dans les sous-titres). Les 30 premières secondes, l’arrière-plan est un tableau noir sur lequel défile le titre de la vidéo et des indications concernant Youtube et la vitesse de lecture. Durant le reste de la vidéo, l’arrière-plan est un dessin de salon avec un canapé au centre, un bureau avec un ordinateur à gauche, une fenêtre ainsi qu’un meuble près duquel dorment deux chats à droite.

K: Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo de Partielles sur les troubles dissociatifs dont le TDI
présentée par Epsi et Kara. Aujourd’hui, les relations au sein d’un système et avec un système :
guide introductif et loin d’être exhaustif à destination de toustes.

E: Tu trouveras les liens et sources en description ainsi que comme d’habitude notre première vidéo sur les bases et le vocabulaire dans le « i ». Et voici les TW, n’hésite pas à faire pause, ils sont détaillés en descriptions.

Les relations, c’est un super mais tellement vaste sujet, on a envie d’aborder plein de questions en rapport avec ça mais il y en a tellement qu’il faut déjà commencer par le début !

K: On va essayer de passer en revue les différentes possibilités, même si tous les systèmes sont différents, donc si votre vécu n’est pas énoncé ici, il n’en n’est pas moins légitime.

Au sein d’un système, quelles relations peuvent entretenir les alters entre elleux ?

E: La réponse est plutôt simple : toutes. Les alters peuvent avoir chacun et chacune un nom, un âge, un genre, une personnalité, une orientation romantique et sexuelle, etc – si tu le savais pas déjà quoi. Et donc, comme n’importe qui, iels peuvent avoir des interactions et affinités différente avec les autres. Certains certaines peuvent avoir un lien de parenté, parents-enfants, « de sang » entre guillemets ou de coeur, il en est de même pour la fraternité/sororité. D’autres peuvent être amoureux, amoureuses, polyamoureux, polyamoureuses, en couple(s) ou non. D’autres peuvent être ami-e-s, bien s’entendre, être proches même s’iels ne se nomment pas. Et enfin certains et certaines  ne s’entendent

pas, genre incompatibilité de caractères quoi, éventuellement exacerbée par de vieilles rancœurs, ça arrive.

K: Toujours difficile de partager le même corps, surtout quand c’est pas lae

même alter qui a fait une boulette que cellui qui l’a assumée. Note, la responsabilité du système est importante mais c’est une digression ! E: Oh, je pense pourtant que ça peut être intéressant d’en parler maintenant, ça a un lien avec notre sujet même s’il n’est pas explicite pour l’instant. K: Ok bah alors, la responsabilité du système, c’est le fait que l’entièreté des actions du système soit prise en charge est assumée par l’entièreté de celui-ci. La majorité des systèmes sont d’accord avec ça, et c’est évidemment ce qu’il faut faire. Se décharger sur ses troubles ou alters pour excuser les comportements n’est 1) pas responsable 2) pas juste 3) participe à la stigmatisation et à la mauvaise représentation. Et donc bah, la responsabilité du système, c’est aussi bien prendre la responsabilité ensemble de ce
qui a été dit ou fait par n’importe quel-le alter que avoir conscience que ses actions au sein du système auront des répercussions sur toustes, soi compris-e.

E: Oui bon c’était inutile petite digression !
Et d’ailleurs, quelles que soient les ententes entre les alters et le caractère de celleux-ci, il est important d’écouter chacun et chacune et de faire de son mieux pour cohabiter. Par exemple, il faut éviter d’empêcher un ou une alter de fronter ou refuser systématiquement une proposition qui viendrait d’un ou une alter

au caractère compliqué. Il est plutôt préférable de demander à toustes ce qui est ok pour qui, pour essayer d’adapter le quotidien au mieux, c’est ça la multiplicité fonctionnelle. Continuons. C’est pas parce qu’il est à la responsabilité du système qu’il ne peut pas y avoir des embrouille et mésententes entre les alters. Toutes ces relations et interactions peuvent changer dans le temps, évoluer, se dégrader, être mises sur pause en fonction de la dormance des alters, reprendre où elles ont été laissées, recommencer au début, etc, etc, etc, tout est possible. K: Voilà, il peut déjà y avoir une infinité de possibilités, donc bah t’imagines bien que vis-à-vis des relations extra-système, c’est le même principe ! Et donc, comment ça se passe ? Tout est possible – ah quoi je l’ai déjà dit ? rire

Un-e alter peut relationner avec une personne et le reste du système non, le système entier peut

relationner avec une personne, certains systèmes ont des groupes d’ami-e-s différents alors que d’autres ont la même bande de potes mais pas exactement avec les mêmes affinités, quelques alters en détestent quelques autres, alors que d’autres s’apprécient tout particulièrement. Ensuite, pour les couples, c’est pareil : il est possible qu’un système entier – ou presque, en fonction de l’âge évidemment – soit en couple avec une personne ou que seulement un ou plusieurs alters le soient. Ça n’empêche évidemment pas les relations intra-
système. Un alter ou système polyamoureux peut sortir avec un ou une autre alter de son système et une ou plusieurs autres personnes, tout est possible – c’est un peu redondant là rire. Bon, ça c’est pour la théorie, et dans la pratique alors, comment on parle de ça ? Est-ce qu’on est obligé-e de quelque chose ? Comment on gère ça ? Qu’est-ce qui se fait ou pas ? Que faire ou pas en tant que singlet ? E: Waouh, doucement ! Comment tu veux qu’on réponde à tout ça ?

En plus, y a même pas de réponses toute faites. C’est même toi la dernière fois qui disais que la multiplicité pouvait s’exprimer d’une multitude de façons. K: Oui évidemment qu’il y a pas de réponse toute faites à apporter à ces questions.
Le meilleur conseil général qu’on peut donner c’est : parlez-en, communiquez, essayez de trouver des compromis, ne délaissez l’avis de personne que ce soit entre alters ou non. E: Ah ouais quand tu dis général c’est général. On peut peut-être un peu détailler un peu plus quand même ? Et si on parlait des relations en général : familiales, amicales ?

K: Quelques conseils vis-à-vis des relations en général ? La communication évidemment ! Prendre le temps, s’écouter, trouver des compromis. Tu vois, je te l’avais dit, j’ai pas grand-chose à dire de plus

mais c’est pas des questions simples à aborder dans un système et tant que tout le monde est d’accord, toutes les réponses sont légitimes ! Réfléchir ensemble à ces notions en vrac peut être intéressant : est-ce que c’est important pour vous de parler votre système ? Est-ce que vous avez réfléchi à comment réagiront les personnes à qui vous le dites ? Est-ce que vous êtes préparé-e-s si ça se passe mal ? Qui dans le système en a envie ?
Qui s’en fout ? Qui a plutôt peur ? Comment aborder les choses ? Est-ce que vous voulez parler de tout votre système ? Mentionner qui front ? Ou pas ?

Êtes-vous d’accord que les personnes vous en parlent ?
Posent des questions ? Quelles sont vos limites ?

E: Trouver les réponses à ces questions, ou en tout cas des pistes, peut demander du temps, de l’adaptation changer en fonction du contexte et en fonction des individus et, évidemment, ça peut être réadapté à n’importe quel moment. Et en parlant du coming out, on y revient en fin de vidéo, pour avoir votre avis si ça vous tente. Bref, et en tant que singlet ? Ou système, c’est courant que les systèmes relationnent
avec d’autres systèmes. Je pense qu’avant de poser des questions précises, demandez aux systèmes s’iels sont ok de parler d’elleux est un bon point de départ. Pour certains-certaines, vous dire qu’ iels sont un système ne rime pas avec l’envie et/ou la possibilité de parler de ses alters, des switchs, et encore moins de ses traumas. Peut-être que la personne vous dira « Je te le dis pour que tu le saches mais ne change rien » et hop là voilà ! Ou alors, iel vous donnera des directives.

K: On sait que les mécanismes liés aux systèmes sont très peu connus, déconcertants et donnent envie de poser une multitude de questions, c’est normal, mais ça peut vraiment être déplacé, gênant et/ou le système peut ne simplement pas avoir les réponses. En parler, c’est compliqué. Les systèmes peuvent avoir peur de ne pas être crus, soyez indulgent-e-s, c’est vraiment par contre vous. Ah ! et une petite chose à propos du switch, oui il peut parfois être volontaire mais ce n’est pas le cas tout le temps et encore moins pour tous les systèmes, donc être ami-e-s ou en couple avec un-e seul-e alter et ne souhaiter voir que cellui-ci, c’est largement une utopie. Est-ce que c’est ok de demander à voir un-e alter en particulier ?
Seul l’ensemble du système peut vous répondre, en fonction de son envie et de ses possibilités. Certains ou certaines trouvent ça insultant, d’autres non. Une seule règle : la communication. Et encore une dernière chose, concernant la famille en particulier : c’est commun que les personnes multiples aient des relations compliquées avec leur famille, entre autres parce que les systèmes traumagéniques peuvent résulter de traumas durant l’enfance, mais n’oubliez pas que vous ne devez rien à personne et c’est votre sécurité qui prime, même si c’est votre famille.

E: Allez, parlons plus spécifiquement des relations amoureuses. Qu’en est-il de la phrase si souvent entendue : « Si tu sors avec une personne multiple, elle te trompera forcément » ? Comment gérer le(s) couple(s) en tant que système ?

Comment en parler à saon partenaire ? Est-ce que ça implique forcément quelque chose de différent de sortir avec une personne multiples ? Bon, une chose à la fois. Alors oui, il est possible qu’un-e alter avec peu de communication dans son système soit en couple avec une personne extérieure au système et ce, à l’insu des autres alters. C’est loin d’être la majorité, c’est pas réellement à conseiller non plus, mais ça arrive. Et donc, techniquement, est-ce qu’un-e autre alter peut être en relation avec quelqu’un-e d’autre alors que rien de tout ça n’a été discuté avec les intéressé-e-s ? Bah oui. Est-ce que pour autant le problème est un problème de fidélité ? Pas vraiment, c’est un problème de communication, ça peut arriver. Généraliser la pensée que les systèmes sont infidèles est une stigmatisation de plus dont ils n’ont pas besoin. C’est exactement le même principe que pour les autres types de relations, avec des questions un peu plus précise à se poser, mais toujours pas de bonnes ou de mauvaises réponses : est-ce que le corps appartient à toustes ou pas ?

Qu’est-ce qu’on est autorisé-e-s à faire avec ? Qui a un veto à mettre et sur quoi ? Est-ce qu’on doit toustes choisir une personne ou est-ce qu’on est ouvert-e-s au polyA ? Est-ce qu’on est ok qu’un-e alter choisisse d’être en couple avec quelqu’un-e même si les autres ne veulent pas l’être ? Est-ce qu’on vote à la majorité ou est-ce qu’on doit toustes être d’accord ? Une fois que ces questions est une réponse, il faut choisir ce qui est dit aux partenaires. Vous êtes les seul-e-s à savoir ce qui vous met en sécurité. En tout cas, il y a moyen de parler du polyA sans parler de sa multiplicité, ce qui est une piste pour prendre la température.

K: Et en tant que partenaire alors, qu’est-ce qu’on fait ? Bah la même chose : on communique. On parle de ce qui est gérable ou pas pour soi et on voit si ça peut coller. C’est pas réellement quelque chose d’impossible avec un peu d’arrangement. Est-ce que je suis ouvert-e au polyA ? Est-ce que je peux sortir avec plusieurs alters ou pas ? Qu’en est-il des alters de genres différents de l’alter avec qui on a relationné de base ? C’est vraiment pareil, c’est des questions à se poser comme avant n’importe quelle relation, mais avec peut-être un peu plus de questions. Outre les questions liées au polyA intra-système et/ou avec d’autres personnes, il est nécessaire de noter qu’un système traumagénique résulte de traumas relationnels, physiques, sexuels, etc, etc. C’est évidemment à prendre en compte, même si c’est
pas spécifique aux systèmes, c’est le cas pour les personnes avec par exemple un CPTSD ou un PTSD,
elles peuvent avoir des besoins spécifiques liés à leurs traumas dans leurs relations, et c’est toujours la même chose : parlez-en. Et aussi, gardez en tête que même avec la meilleure volonté du monde du système, vous serez sûrement amené-e à rencontrer un ou une little de temps en temps, et il faudra sûrement rassurer cet-te enfant possiblement apeuré-e. Bref, tout ça pour dire : gardez à l’esprit que communiquer, c’est le plus important ! Oui oui, on le répète mais c’est vraiment important. De plus, être un système, c’est aussi parfois être flou, ne pas savoir qui fronte, ni ce qui convient, sans être pour autant capable de le dire. C’est ok de prendre son temps et de changer d’avis. En principe, avec du temps et de la bienveillance, ça devrait rouler.

Voilà, on a abordé quelques notions importantes et on espère que ça vous aidera à vous poser des questions

pour commencer. E: Et pour en revenir une minute au coming out, on aimerait beaucoup faire une vidéo sur la première fois qu’on parle de son système à une nouvelle personne, tant du côté système que pour les singlets. En mélange entre des anecdotes – peut-être un top des réactions les plus nulles, inattendues ou cool -, des idées essayées par nous ou par d’autres, ce qui a bien marché, ce qui n’est globalement pas à faire et ainsi de suite. Est-ce que ça vous dit ? Si vous avez envie de partager vos anecdotes d’outing avec nous, que vous soyez un système qui l’a fait ou singlet proche d’un système, dites-le en commentaire ou envoyez-nous un mp pour rester anonymes. Merci d’être resté-e jusqu’ici ! N’hésitez pas à commenter, liker et partager, et à bientôt !

K: À bientôt !