Aller au contenu

[YT] Dr House et Lie to Me: deux représentations différentes du TDI

Transcription:

Introduction

K: Bonjour et bienvenue dans ce nouveau format canap’ qui parle de la représentation du TDI dans la pop culture, présenté par Epsi et Kara!

E: Dans cette vidéo, on va parler des épisodes de deux séries qui n’ont pas pour sujet de base la multiplicité ni même spécialement la santé mentale: il s’agit de Dr House et de Lie To Me. Alors oui vous nous avez demandé de parler de pleins de trucs sortis récemment et nous on vous ressort de vieux machins mais on a l’âge qu’on a haha. Donc dans chacune de ces séries, il y a un épisode consacré à un personnage ayant un TDI. Et vous allez voir que ce sont deux représentations vraiment différentes. Bien entendu, on va spoiler ces épisodes. Déjà parce qu’on n’est pas une chaîne de review cinéma et surtout parce que ces séries ont genre 10 ans, hein, bon. On va donc faire un résumé de chaque épisode et décortiqué un peu la représentation faite du TDI dans ces séries puis on fera un petit comparatif des deux.

TW

K: Mais avant de commencer, parlons des trigger warning parce que c’est important. Cette vidéo mentionne des traumas, des actes médicaux, des médicaments, une grossesse, un accident de voiture, la mort, un meurtre, du sang, une agression et de la psychophobie.

Introduction Dr House

E: Allez c’est parti, commençons avec Dr House. Dr House est une série de huit saisons diffusée entre 2004 et 2012. Il s’agit d’une série médicale mettant en scène Gregory House, un médecin au caractère de merde qui excelle dans l’art de trouver le bon diagnostic chez des patients et patientes pour qui le reste du corps médical rame, le tout avec une équipe de choc pour l’assister. En gros, on comprend rarement de quelles maladies ça parle au long des épisodes mais on les termine en disant « oh waw fallait y penser quand même! » et « c’était toujours pas un lupus » -si vous n’avez pas la ref, c’est pas grave. L’épisode dont on va parler ici est le 7e de la dernière saison et il s’appelle « Remuer la Poussière ». Résumons tout ça.

Résumé Dr House

K: L’épisode commence par le Dr House qui se prend la tête sur le cas d’un enfant décédé. Il en parle à son équipe quand un collègue débarque pour lui présenter un autre cas, celui d’une fille de 14 ans qui a fait une sorte de grosse réaction allergique inexpliqué. House hésite entre les deux cas puis décide de s’occuper des deux, laissant son équipe gérer la fille de 14 ans tandis qu’il cherchera la cause du décès de l’enfant. C’est un peu le truc long avec cet épisode, c’est qu’il porte sur deux sujets totalement différents. Du coup on va zapper tout ce qui concerne l’enfant en disant juste « interlude sur l’enfant de 4 ans » et se concentrer sur Iris, la fille qui a eu une réaction allergique. D’abord l’équipe pose des questions a Iris sur sa réaction allergique et on apprend qu’elle s’est produite pendant qu’elle ouvrait un cadeau d’anniversaire. Pour info, une boule magique: vous savez, la boule de billard qu’il faut secouer pour avoir une réponse après avoir posé une question. On apprend aussi qu’elle a mangé des fraises mais qu’elle n’est pas allergique aux fraises. Puis on lui demande s’il lui arrive de prendre des substances, ce à quoi elle répond non. En même temps, dans une autre pièce, un autre médecin pose la même question à la mère d’Iris qui avoue qu’il lui arrive de donner du Diazepam en secret à sa fille parce qu’elle la trouve « lunatique ». Interlude sur l’enfant de quatre ans puis on retrouve Iris qui vient d’être malade et qui se fait palper l’abdomen pour voir s’il y a un souci. Elle explique qu’elle a aussi une sensibilité au niveau de la poitrine et l’équipe décide de lui faire faire un test de grossesse. Iris explique que c’est pas possible parce qu’elle n’a jamais fait quoi que ce soit pour que ça puisse arriver et elle précise d’ailleurs qu’elle n’a pas de petit-ami. La doc lui dit qu’on va juste lui faire une prise de sang en lui touchant l’épaule et là, Iris se rend compte qu’elle est paralysée des deux bras. Interlude sur l’enfant de quatre ans pendant que l’équipe se prend la tête sur son cas. On apprend que la prise de sang a révélé une grossesse et puis on voit Iris en train de faire des examens. Elle a retrouvé sa mobilité mais des bleus sont mystérieusement apparus sur son bras droit. Nouvelle interlude puis une partie de l’équipe fouille la chambre d’Iris pour trouver des trucs qu’elle pourrait cacher et pour éliminer des pistes. On découvre qu’un de ses tiroirs a un faux fond qui contient entre autres des lettres d’amour et des films plutôt hard. Encore un interlude avant de voir la confrontation d’Iris vis-à-vis des trucs que l’équipe a trouvé. Sa mère est évidemment énervée et Iris, d’abord un peu déboussolée, explique qu’elle a rencontré son copain à l’école, que c’est le seul garçon qui l’aime bien et qu’elle apprécie, et elle reprécise qu’elle n’a rien fait avec lui, et que non c’est toujours pas logique qu’elle soit enceinte, même si son copain cache ses films chez elle. Sa mère finit par lui demander ce qu’elle cache encore et là, elle avoue que son copain est venu la voir la veille, qu’il lui a dit qu’elle devait partir et c’est lui qui lui a fait ces bleus au bras. La mère dit qu’elle va appeler la police et Iris se ferme en disant que ne parlera pas à la police, puis elle se rend compte qu’elle a une vision en tunnel. En gros, elle voit net au milieu et tout le reste est flou. Nouvel interlude puis l’équipe explique à House que pendant l’examen pour sa vue, le flou s’est dissipé et qu’Iris voit de nouveau normalement. Bizarre, bizarre tout ça. Encore un interlude durant lequel House parle à la mère de l’enfant de quatre ans mais c’est pas important, c’est juste parce que c’est à ce moment-là que la pièce tombe. Il dit d’ailleurs « donc il avait deux sortes d’êtres humains en lui ». Vous sentez venir le plot twist? Sans se faire attendre, House confronte Iris et lui dit qu’il sait où habite son petit-ami et qu’il a été admis aux urgences, mais « Iris » lui dit qu’il ment. House lui demande pourquoi et se prend un gros « parce que je suis là grosmot ». Bingo! L’équipe explique à Iris et à sa mère qu’il s’agit d’un trouble dissociatif de l’identité, ce à quoi Iris demande si elle est folle. Le Doc 1 explique que c’est une réaction possible aux traumatismes mais sa mère rétorque qu’elle n’a jamais vécu de traumatismes graves. Mais l’autre doc, Doc 2, rappelle un accident de voiture qui est arrivé à Iris lorsqu’elle avait deux ans, mais elle dit qu’elle ne s’en souvient pas. Iris demande ensuite où sont ces autres « personnalités ». Le Doc 2 répond que ses alters ne sortent que lorsqu’elle est effrayée ou angoissée. À ça, sa mère dit « s’ils n’existent pas, d’où viennent les hématomes et la grossesse? ». On va passer sur le « ils n’existent pas », c’est pas facile au début. Bref le Doc 1 explique qu’en soi, c’est Iris qui s’est fait mal au bras et le Doc 2 lui dit qu’il est possible qu’elle ne soit pas consciente de la moitié des choses qu’elle fait, y compris avec des potentiels garçons. Sa mère se demande comment elle a pu ne rien remarquer et Doc 2 répond que c’est le Diazepam qui a masqué les signes et que le fait de l’arrêter a fait ressurgir les symptômes. Bon, du coup la mère avoue à sa fille qu’elle lui a filé des anxio parce qu’elle la trouvait lunatique. On en revient, elle l’avait vu en fait, elle le savait, juste elle savait pas ce que c’était et elle s’en veut mais continuons. Doc 1 explique que les différents alters d’Iris peuvent avoir différents symptômes, différentes allergies, différentes pressions artérielles, etc.
Iris lui demande s’il veut dire qu’elle stimule et il dit « tes symptômes sont réels mais certains sont physiologiques et d’autres psychologiques ». On comprend donc qu’Iris a bien quelque chose mais qu’il faut accéder aux autres identités pour savoir ce qu’iels ont comme symptôme et déterminer quelles pathologies touchent le corps entier. Le Doc 1 suggère d’utiliser l’hypnose pour y arriver. Nouvelle interlude sur l’enfant de 4 ans puis on retrouve le Doc 1 qui fait une séance d’hypnose à Iris… qui n’est pas iris. C’est une petite fille qui dit qu’elle est trop petite, que personne ne la voit
et qu’elle ne peut pas bouger les bras. Le Doc lui demande si elle a mal, elle dit qu’actuellement non mais que ça lui arrive quand elle mange des fraises et quand elle se souvient de l’accident de voiture. Là, on passe sur une scène de flashbacks. On voit des vitres de voiture cassées et des fraises étalées par terre parmi les bris de verre. On voit Iris dans son siège de voiture qui regarde son père en train de décéder. Puis le flashback s’arrête sur un autocollant d’une boule magique sur
le rétroviseur de la voiture. Iris revient à elle. Elle culpabilise et pense que son père est décédé à cause d’elle parce qu’elle pleurait dans la voiture mais sa mère la prend dans ses bras et la rassure sur le fait que ce n’est pas de sa faute. C’est alors que l’équipe découvre du sang au niveau du bas-ventre d’Iris et pense à une fausse-couche mais ce n’est pas le cas. Après avoir résumé les symptômes de chaque alter sur un tableau et avoir éliminé tout ce qui n’était pas commun à toustes, iels déduisent qu’il doit y avoir un problème avec la grossesse. Mais en faisant une écho -genre pourquoi personne n’a fait d’écho avant mais peu importe-, iels se rendent compte qu’Iris n’est pas enceinte. House et l’équipe finissent par déduire que son taux d’hormones de grossesse est élevé mais que ce n’est pas parce qu’elle est enceinte mais à cause d’une maladie. Et House
dit « prévenez tous les alters » qu’iels ont cette maladie. L’épisode se termine avec d’autres interludes et sur Iris qui réagit bien au traitement.

Notre avis Dr House

E: Et maintenant notre avis sur cet épisode. Eh bien honnêtement, il est franchement pas mal! Évidemment, on ne parle pas de la série en elle-même ni rien, juste de la représentation du TDI au travers du personnage d’Iris. Cet épisode montre à quel point on peut voir les symptômes d’un TDI sans du tout comprendre ce que c’est parce que personne n’a conscience de ce que ça peut être. C’est particulièrement visible pour le personnage de la mère qui trouve sa fille « lunatique ». L’actrice et la doubleuse d’Iris sont aussi très bonnes dans leurs personnages. Si on y fait attention, on perçoit quand c’est Iris et quand c’est la petite fille. On entend même une subtile différence de voix entre les deux alters entre la première fois qu’on la voit et le moment de la palpation abdominale. Mais si on n’y fait pas attention, c’est imperceptible. Idem, les switch sont brefs et fluides, personne ne s’en rend compte. Un clignement des yeux, un léger changement d’attitude mais rien de flagrant. C’est pareil quand la mère d’Iris parle de la police, on voit Iris se fermer avant d’avoir une vision qui semble être de la déréalisation. On ne sait pas si c’est un switch mais c’est certainement de l’influence de la part de son petit-ami. Et c’est souvent comme ça qu’un TDI se manifeste, même si évidemment ça dépend d’un système à l’autre. La représentation de la multiplicité montre souvent des trucs qu’on ne peut pas louper, ici c’est plus proche de ce qui se passe la plupart du temps. On notera aussi que House et son équipe utilisent le mot « alters ». Il y a bien quelques « personnalités » qui sortent mais les docs utilisent « alters » ou « identités », ce qui est assez rare pour être souligné. L’amnésie est plutôt bien traitée. Quand Iris est confrontée aux lettres de son petit-ami, elle ne nous sort pas un « je ne sais pas ce que c’est » ou « j’ai jamais vu ça ». Elle masque en expliquant qu’elle a effectivement un copain qui était même là la veille. On ne sait pas si Iris a des blackouts mais ça n’en a pas l’air, ou ils sont ponctuels en crise. D’ailleurs, la petite fille et elle semblent tout à fait partager leurs souvenirs, il n’y a pas de panique d’être à l’hôpital sans comprendre ce qu’elle fait là. Et l’amnésie se manifeste plus souvent comme ça dans le TDI que par des trous noirs entre les switchs, même si les deux sont possibles évidemment. L’amnésie c’est quand même souvent du flou et du masking au final. Le vrai trou noir expliqué dans l’épisode, c’est l’amnésie liée à l’accident de voiture, dont seule la petite fille se souvient au départ. En parlant de traumas, la notion de triggers est aussi bien amenée. On sait que la petite fille a des douleurs quand elle mange des fraises, ce qui laisse sous-entendre qu’Iris ou elle en a déjà mangé sans que ça déclenche la réaction allergique étrange. Ce qui amène Iris à l’hôpital au départ, c’est un mélange entre la maladie découverte à la fin de l’épisode, les fraises et le trigger principal qui est la boule magique qu’elle reçoit pour son anniversaire et dont il y avait un autocollant dans la voiture au moment de l’accident. Faire le lien ici est clair parce qu’on a le flashback de la petite fille mais ce genre de triggers est fréquent chez les personnes traumatisées et semblent pourtant n’avoir aucun lien avec des traumas. Ici, quel aurait pu être le lien entre une boule magique ou même des fraises et un accident de voiture? Sans le flashback, on ne comprendrait pas et pourtant c’est si plausible. Et c’est pour ça qu’il est d’autant plus important de respecter la sensibilité des autres quand iels disent que quelque chose les déclenche ou les met mal à l’aise: on ne sait pas ce que le cerveau a pu faire comme associations, il n’y a pas de triggers illégitimes ou ridicules! Bref tout ça pour dire que globalement, la représentation du TDI dans cet épisode est plutôt juste selon nous. Évidemment, pour les besoins scénaristiques, les différents alters ont différents symptômes marqués, ce qui est loin d’être toujours si clair en réalité, bien que ça puisse totalement être le cas. Mais franchement, ça reste subtil et il y a pire comme exagération pour le scénar. Et ça nous amène la notion que les alters ne simulent pas mais peuvent avoir des symptômes différents et néanmoins réels, comme la paralysie des bras de la petite fille par exemple. Alors il y a évidemment l’utilisation de l’hypnose qui est quand même un sujet qui fait débat parce que dans l’épisode ça fonctionne très bien, alors qu’en réalité bah ça marche ou ça marche pas quoi. On notera aussi qu’il y a potentiellement une « incohérence » disons avec l’alter petit-ami qui semble brutal envers Iris mais disons que malheureusement, ça peut arriver avec un alter persécuteurs, mais qui a aussi des DVD de films particulièrement violents qui n’ont un peu pas de raison d’être en soi. Bref ça laisse quand même un tout petit peu penser qu’il y a un alter dangereux dans le système mais ça reste survolé donc ça va encore. Attention par contre, dans l’épisode il est dit que le Diazepam a masqué les symptômes d’Iris. On tient à rappeler qu’il n’y a aucun médicament pour soigner le TDI! Des médicaments peuvent être prescrits pour des symptômes associés comme l’anxiété ou l’insomnie et ces médicaments peuvent avoir des effets sur la chimie interne d’un système mais aucun médicament ne fait disparaitre le TDI.

Introduction Lie to Me

K: Passons maintenant à Lie to Me et vous allez voir c’est pas du tout le même game alors que les séries ont relativement le même âge. Lie to Me est une série de trois saisons diffusées entre 2009 et 2011. C’est une série relativement policière qui met en scène Cal Lightman, un psychologue expert du langage non-verbal et des microexpressions faciales et corporelles, et qui a aussi un caractère de merde mais moins que House mais pas vraiment, enfin ils sont différents quoi, et qui a aussi une équipe de choc pour l’aider. Pour faire simple, on passe la majeure partie des épisodes à se demander qui ment et qui ne ment pas en essayant nous-mêmes de repérer les micro-expressions des différents personnages et en fonction: « on le savait! »… ou pas. Bref l’épisode dont on va parler est le premier de la deuxième saison et il s’appelle « Alter Ego »… outch, ça commence mal, mais disons que c’est une mauvaise traduction, on y reviendra. Allez, le résumé!

Résumé Lie to Me

L’épisode commence par une suite de scènes en vue subjective. On y voit de la violence, la porte 202 d’une chambre d’hôtel, des bras pleins de sang et enfin, le reflet d’un homme dans un miroir cassé. Tiens, tiens, un miroir cassé, mmh, étrange comme symbolique. Ensuite, la dernière image se trouve dans l’oeil d’une femme via un bel effet de transition. Femme qui se regarde également dans un miroir -mais pas cassé celui-ci- en se demandant ce qu’elle vient de voir. On retrouve ensuite Cal Lightman en séance de dédicaces pour son dernier livre tandis que la femme vient à sa rencontre. On constate qu’elle a un tatouage au poignet, un détail utile pour la suite. Elle lui dit qu’elle s’appelle Tricia, qu’elle a eu une vision d’un crime, qu’elle est convaincue que ça s’est vraiment passé mais que la police ne la croit pas. Lightman constate qu’elle ne ment pas et l’emmène à son labo pour qu’elle lui raconte ce qui s’est passé. Tandis que Tricia attend dans une salle, Lightman explique la situation à Gillian Foster, une des membres de son équipe considérée comme LA psychologue du service. Mais Foster n’est pas convaincue. Elle interroge Tricia et son non-verbal est très clair même quand on n’est pas expert: elle est sceptique. Mais Lightman lui remonte un peu les bretelles en expliquant que soit Tricia est malade, soit elle est voyante, soit elle est témoin d’un meurtre et que personne ne la croit, et que dans tous les cas, iels peuvent l’aider. Toujours sceptique, Foster passe à autre chose tandis que Lightman s’occupe rapidement d’un autre truc qui se passe dans l’épisode mais qui n’a pas d’intérêt pour nous. En revenant, il constate que Tricia n’est plus là. Il retrouve l’hôtel dont elle avait parlé, il subtilise la clé de la chambre 202 et il constate que dans cette chambre, il y a bien du sang. Mais ses potes de la police lui disent que tant qu’il n’y a pas de corps, il n’y a pas de crime et ils le plantent là. Tandis qu’il attend toujours, la porte de la chambre s’ouvre. Il se cache et constate qu’une femme est entrée dans la pièce. Femme qui a le même tatouage que Tricia… et la même tête d’ailleurs, mais qui ne semble absolument pas se souvenir de lui et dit qu’elle s’appelle Jessy. En échange d’argent, il la convainc de le suivra son labo. Lightman, Foster et un autre membre de l’équipe en profitent pour regarder la vidéo du départ de Tricia et constatent qu’elle a littéralement changé posture et de non-verbal avant de partir. Foster dit d’ailleurs que « c’est totalement une autre fille ». L’autre membre de l’équipe montre l’écriture de Tricia et celle de Jessy et précise qu’il s’agit de personnalités complètement différentes. Lightman en conclut qu’il s’agit d’un trouble dissociatif de l’identité et l’autre membre de l’équipe dit que « tous les psy du monde rêvent de voir ça » -spoiler alert: tous les psy du monde ont sûrement déjà vu ça mais sans capter que c’était ça! mais continuons. Foster est estomaquée mais se ressaisit et dit qu’un TDI est plus plausible qu’un phénomène surnaturel mais, pour la citer, « pas de beaucoup » -quand on vous dit que les psy hein… bon bref. Elle précise qu’il peut y avoir des transferts de souvenirs d’une « personnalité » à l’autre et que c’est peut-être ce qu’il s’est passé et que Tricia a pris ça pour une vision. L’autre membre de l’équipe dit qu’un de ses « alters ego » a été témoin d’un meurtre tandis que Foster s’empresse de dire « ou a commis un meurtre »! Mais Lightman rattrape le truc en soulignant que Jessy n’a fait de mal à personne et qu’elle n’aurait pas laissé Tricia venir le voir. Et Foster rétorque qu’il y a sans doute d’autres « alters ego » et finit par décider d’essayer l’hypnose. Sous hypnose, Jessy parle de Tricia en disant qu’elle se croit toujours mieux que tout le monde puis elle mentionne son meilleur ami Gavin mais précise qu’elle n’a pas envie de parler de lui. Foster demande alors à Jessy si elle peut parler à Tricia. Petit bruitage malaisant et Tricia s’éveille en se demandant ce qu’elle fait là. Foster explique qu’elle a parlé à Jessy. Tricia précise qu’elle la trouve vulgaire puis on passe rapidement sur Gavin et la psy finit par demander s’il y a eu des problèmes quand elle était plus jeune. Et Tricia répond que les malheurs sont arrivés à RJ, que ce dernier ne parle pas aux gens, qu’il a peur de rien et qu’il les protège de tous les dangers. Elle fatigue un peu donc Foster clôture la séance en disant que « vous vous réveillez reposée et détendue, et vous serez redevenue vous-même » -haha, laquelle? Cousu de fil blanc: Tricia ouvre les yeux et c’est pas Tricia! Non, pas Patricia, c’est pas – Tricia, bref c’est Sophie quoi! Sophie panique mais confirme qu’elle est au courant pour le TDI en disant « ce sont eux qui m’ont volé ma vie ». Puis Foster lui demande si elle est la « personnalité hôte » et elle répond « je suis la vraie personne, sont les médecins qui l’ont dit ». Elle se demande ce que les autres ont fait. Lightman explique toute la situation, elle se détend un peu et finit par dire que Gavin est son frère, qu’elle n’est plus en contact avec lui mais que Jessy oui. Lightman, Foster et Sophie vont donc voir Gavin qui explique brièvement ce que sa soeur a vécu. Puis on constate que le miroir cassé du début se trouve en fait dans l’atelier de Gavin et Lightman trouve un portefeuille avec du sang dessus. Sophie stresse en pensant que c’est elle qui a commis le meurtre mais Lightman va voir le propriétaire du portefeuille qui est bien vivant et n’a rien à voir là-dedans. Il explique qu’il a seulement été dépouillé par deux femmes, l’une d’elles étant sans doute Jessy. Foster et Lightman font le point sur la situation et ils en viennent à la conclusion que le meurtre a peut-être un lien avec RJ. Foster souligne qu’il s’agit sûrement d’un protecteur qui n’apparaît que lorsque les autres sont en danger et que c’est sans doute de lui que vient la vision que Tricia a eu. On passe sur un plan où Sophie explique ses déboires avec sa mémoire et les actions Tricia et Jessy puis le pote du FBI de Lightman débarque et explique à celui-ci qu’un corps a été trouvé, celui d’une femme nommée Amber, et que la police veut interroger Sophie. Comprenant qu’il n’a plus que très peu de temps pour parler à RJ, Lightman s’isole avec Sophie, s’excuse, et utilise la violence pour déclencher ce qu’iels appellent dans la série « une transition ». Bruitage malaisant et bam! RJ met une droite à Lightman. Celui-ci lui demande qui a tué Amber mais RJ ne répond pas. Tandis que la police est en train de l’arrêter, Foster explique qu’il ne dira rien et que, je cite, « les alters ego ne sont pas des êtres à part entière », que RJ est le protecteur qui « sait se défendre mais que ça ne lui servirait à rien de savoir parler ». Lightman rejoint RJ à l’arrière du véhicule de police et lui dit qu’il sait qu’il a voulu faire passer le souvenir à Tricia mais qu’elle n’en a eu que des bribes et que s’il veut l’aider, il faut qu’il lui envoie le souvenir en entier. On a un nouveau petit bruitage qui souligne « la transition » et Tricia débarque en disant à Lightman qu’elle a eu une autre vision. On comprend finalement que c’est le gérant de l’hôtel de la chambre 202 qui a tué Amber et que RJ a été témoin de la scène. Sophie, munie d’un micro, confronte le gérant en se faisant passer pour Jessy mais ça ne se passe pas très bien. Le pote du FBI, depuis la camionnette où Lightman, Foster et la police écoutent, dit qu’il aurait fallu envoyer la vraie Jessy mais Foster s’empresse de dire que Jessy ne sait rien puisque c’est Tricia qui a expliqué à Lightman qui a expliqué à Sophie et que surtout, il est très important que « Sophie reprennent la main sous les autres personnalités »… Foster dit aussi que ça ne fonctionne pas très bien -han ouais- et qu’on voit que c’est pas Jessy -han ouais. Mais le gérant ne voit rien du tout -parce que personne ne voit jamais rien en fait- et menace celle qu’il prend pour Jessy. Gros stress, nouvelle « transition » en vue mais Lightman parvient à rassurer Sophie qui finit par obtenir des aveux. La police intervient, le gérant est arrêté, Sophie saute dans les bras de Lightman qui lui dit qu’elle est en sécurité tandis que Foster regarde de loin. Fin de l’épisode.

Notre avis Lie to Me

E: Passons à notre avis, qui est un peu plus mitigé que pour l’épisode de Dr House, il faut l’admettre. Commençons avec la représentation du TDI en lui-même au travers du personnage de Sophie. Bah c’est simple, elle est assez classique. On a des alters très différents qui ont un nom, la base, et puis on a des trous de mémoire lorsqu’il y a un switch, c’est comme ça que le TDI est montré la plupart du temps même si ça ne représente pas la majorité des amnésies en réalité. C’est un besoin scénaristique encore une fois, sans les blackouts il n’y aurait pas de suspense. Mais ce qui est le plus gênant dans cet épisode selon nous, c’est la désinformation sur le trouble en lui-même et les explications erronées, principalement de la part de Foster, le personnage de la psy. Encore une fois, il s’agit d’un argument d’autorité qui donne vraiment, vrai-ment le mauvais exemple et qui prouve que Foster n’a rien compris au TDI, de même que les scénaristes évidemment. Pour commencer, il y a le scepticisme face à une personne en détresse alors même que son job dans la série est de savoir si les gens mentent ou non. Mais surtout, elle compare la prévalence du TDI à la proportion de phénomènes surnaturels alors même qu’elle semble sceptique vis-à-vis de ces derniers. L’épisode nous dit clairement que le TDI est un truc très rare, presque irréel, ce qui est complètement faux. On notera en passant une pointe de fascination, « tous les psy du monde rêvent de voir ça », dissimulée mais présente, notamment au niveau des bruitages lors des switch. Foster renchérit plusieurs fois dans l’épisode, elle est la seule à souligner à plusieurs reprises que c’est peut-être le système de Sophie qui a commis le meurtre par exemple. Elle dit aussi que les souvenirs peuvent « parfois » -comme si c’était rare- passer d’une identité à l’autre, mais encore, admettons pour le scénario il fallait. Mais surtout, elle accentue la séparation entre les alters du système de Sophie plutôt que d’essayer de l’entraide entre ses membres. Premièrement, elle n’a pas confiance en Jessy alors que celle-ci a quand même coopéré facilement durant la séance d’hypnose en laissant simplement passé Tricia à sa place, ce qui montre quand même qu’elle ne veut pas vraiment de mal à son système, même si elle déteste Tricia. Deuxièmement, elle dit que les alters ne sont pas des « êtres à part entière » mais pas dans le sens où iels peuvent être moins accompli-es ou autre, non, dans le sens où il faut se concentrer sur Sophie qui est la « seule vraie personne ». Et on en arrive au troisièmement d’ailleurs: elle dit qu’il est très important que Sophie « reprenne la main sur ses autres personnalités », elle prouve à quel point elle n’a pas compris qu’un système est un groupe qui fonctionne ensemble et que non, il ne suffit pas de pousser Sophie à vivre du stress supplémentaire pour que le TDI disparaisse. Lors de la confrontation avec le gérant, Jessy aurait pu y aller, Tricia au moins en fait. Il aurait fallu avertir tout le système de ce qui se passait, qu’il allait y avoir du stress mais que la police était là pour les aider. Pas juste envoyer Sophie en disant que les autres alters n’étaient pas au courant et que donc elle ne devait surtout pas switcher, dans un moment où la pauvre Sophie confrontait un mec qui a tué la pote de Jessy! Vraiment cet épisode montre à quel point la psychiatrie a pu renforcer les problèmes de Sophie, ne serait-ce que lorsque celle-ci dit « je suis la vraie personne, ce sont les médecins qui me l’ont dit ». Ce qui veut dire qu’elle a été diagnostiquée et qu’elle en est là, avec des gros blackouts, des comportements à risques, une peur irrépressible de son système et autres. Et ça, ça représente la triste réalité de nombreuses personnes qui ont été mal informées par les psy malheureusement. Les seules bonnes notes, c’est quand Foster dit à Lightman de ne pas agresser Sophie pour faire venir RJ. Évidemment! On ne trigger pas un système pour faire venir tel ou telle alter sans son consentement très éclairé, et encore moins avec un trigger négatif. Et aussi quand Lightman pousse RJ à transférer les souvenirs entiers à Tricia, ce qui montre qu’en fait c’est possible et que c’est à développer pour que ça aille mieux. Bref on notera quand même que dans cet épisode, RJ se voit tel qu’il est dans un miroir, ce qui est un besoin scénaristique mais c’est utile de rappeler qu’en face d’un miroir, on peut avoir un peu de dépersonnalisation sans spécialement pouvoir se voir comme on est si on a une apparence différente de celle du corps, même si c’est possible aussi. Par contre, dans la série, les mots « personnalités » et « alters ego » sont utilisés. Mais « alter ego » est une erreur de doublage français. Dans la VO, iels disent bien « alter ». Alors bon, ça arrive mais en sachant que Dr House et Lie to Me ont le même âge, c’est un peu dommage.

Comparaison et conclusion

K: Pour comparer un peu les deux séries, on a de chaque côté un alter d’un genre différent de celui assigné au corps, ce qui est assez fréquent. Après dans les deux cas, c’est un protecteur, un peu persécuteur dans le cas du petit-ami d’Iris mais why not ça reste totalement plausible. Dans les deux cas, on a l’utilisation de l’hypnose qui fonctionne en un claquement de doigts alors que, comme on l’a déjà dit, c’est pas forcément si simple. Mais bon, disons que ces séries ont 10 ans et que voilà, difficile de faire autrement scénaristiquement parlant. Dans les deux cas également, on a évidemment des traumas qui sont dans chaque épisode spécifiés comme « graves ».
Autant rappeler que tous les traumas sont légitimes et que la gravité d’un trauma dépend uniquement de la façon dont la personne a vécu l’événement. E: Par contre, la réaction des professionnel-les est totalement différente entre ces deux séries. D’un côté, on a les docs qui ne semblent ni fasciné-es ni sceptiques, iels disent en gros que « ça arrive » et iels traitent les alters avec principalement du respect et de la bienveillance, iels confirment que tous les symptômes sont réels, etc… Et de l’autre côté, on a des spécialistes qui sont vraiment au bord de la malveillance. D’ailleurs, dans les deux cas, on a un switch provoqué. Mais l’un est un rapide mensonge pour confronter la réalité et l’autre est littéralement une agression. K: Voilà, bon vous l’aurez compris, Dr House représente assez bien le TDI tandis que Lie to Me représente assez bien la psychiatrie et les psy mal informé-es malheureusement. On est vraiment contents d’avoir refait une vidéo ciné! On espère que ça vous a plu autant qu’à nous. Merci d’être resté-es jusqu’ici et on se retrouve dimanche dans quinze jours, à bientôt!

Étiquettes: