[TPA] Comment savoir si je suis pluriel.le?

Article traduit de Power to the Plurals, écrit par le Stronghold System

Comment savoir si je suis pluriel.le ?

Le mot pluriel.le peut être remplacé par multiple, endogène, TDI/ATDS ou toute autre forme de multiplicité qui tombe dans la catégorie de la pluralité, ou bien tout mot que vous utilisez pour décrire votre expérience unique de la pluralité, d’être plusieurs dans un corps.

Les éléments ci-dessous ne sont pas des critères que vous devez remplir pour être pluriel.le. Ils ne sont qu’un outil pour vous aider à vous découvrir. 

De la même manière qu’il n’y a pas de bonne terminologie, il n’y a pas de « bonne » façon de découvrir que l’on est multiple. En revanche, certaines choses peuvent indiquer une identité multiple :

  • Si vous entendez la voix de personnes distinctes, individuelles et conscientes. Nous les appelons des partenaires de système, d’autres pluriel.le.s utilisent des mots comme personnes, êtres, identités, parties, alters, etc. 
  • Dans le cas du trouble dissociatif de l’identité, ces différentes « parties de la personnalité » forment une personne. Beaucoup de pluriel.le.s se considèrent comme des identités conscientes et individuelles et forment ensemble un système. Ils se considèrent comme des systèmes traumagènes ou utilisent la catégorie générale « pluriel.le ». (P.S.: cette catégorie inclut aussi le TDI et l’ATDS, tout le monde y est bienvenu.e !)
  • Pour beaucoup de pluriel.le.s, ces  « partenaires de système » ne sont pas juste des voix qu’iels entendent, mais peuvent parler à voix haute et  « se servir du corps ». Cela arrive lorsque l’on partage son corps avec des personnes qui prennent le contrôle ou lorsque l’on soupçonne qu’iels le fassent.
  • D’autres pluriel.le.s peuvent voir une influence de ces personnes sur leur comportement ou se rendent compte qu’iels forment ensemble la ou les personne(s) qui  « se servent du corps ». Il est aussi possible de partager son espace mental avec les autres sans qu’iels ne frontent.
  • Il est possible de trouver des lettres, des notes ou des entrées de journal que vous n’avez pas écrites. 
  • Si vous ne vous identifiez pas à votre nom de naissance, car vous savez qu’il s’agit d’une autre personne qui vit dans votre corps ou que cette personne n’existe pas vraiment et n’est qu’un masque.
  • Si vous vivez des pertes de mémoire anormales, parfois appelées « pertes de temps », c’est-à-dire que vous ne vous rappelez pas ce que vous avez fait hier, pourquoi vous alliez à la cuisine, que vous ne vous souvenez pas de votre enfance, que vous ne vous souvenez pas d’informations personnelles comme de votre numéro de téléphone. Tout le monde ne vit pas cette amnésie.
  • Lorsque vous vivez une détresse clinique à force d’entendre des voix, de perdre du temps, ou parce que d’autres membres du système font des choses avec lesquelles vous n’êtes pas d’accord ou qui vous font peur.
  • Lorsque vous avez des expériences spirituelles spécifiques qui peuvent être expliquées en partie ou en totalité par la multiplicité. 
  • Lorsque vous découvrez des personnes fictives ou factives avec lesquelles vous pouvez parler et qui vivent dans le même corps que vous.
  • Si vous pensez à, rêvez de, ou imaginez que vous êtes pluriel.le ou pensez à la sensation que cela ferait, il est possible que vous ne soyez pas simplement en train de fantasmer et que ces personnes existent déjà en vous.
  • Le déni est une chose que vivent souvent les personnes plurielles et ne devrait pas être utilisé comme une indication de votre pluralité (ou absence de pluralité).

Si je ne suis pas sûr.e d’être pluriel.le, que dois-je faire ?

  • Écrivez une lettre dans votre journal et demandez si d’autres personnes à l’intérieur de vous veulent y répondre pour que vous appreniez à vous connaître. Certain.e.s multiples aiment mettre des informations sur leur vie quotidienne dans cette lettre, pour montrer aux autres qu’iels sont actuellement en sécurité. Pour certain.e.s il est plus facile d’établir le contact de cette façon. 
  • Vous pouvez parler avec votre médecin traitant, avec un.e thérapeute ou appeler la Plural Warmline (lorsqu’elle sera en service).
  • Si vous soupçonnez que vous avez une forme de pluralité traumagène ou liée à un trouble, il vous sera peut-être utile d’aller voir un.e thérapeute agréé.e et formé.e en psychotraumatologie qui soit ouvert.e à l’idée de la pluralité. Iel pourra vous aider à découvrir si vous êtes pluriel.le et, si cela est nécessaire à des fins d’assurance, vous diagnostiquer un trouble dissociatif. 
  • Vous pouvez demander à votre thérapeute de travailler avec ou en parallèle d’un.e travailleureuse de soutien multiple (pair-aidance). Si la liste d’attente est trop longue ou que la thérapie n’est pas une option pour d’autres raisons, s’adresser à un.e travailleureuse de soutien multiple est aussi une bonne façon de vous aider à découvrir votre pluralité et à travailler sur les problèmes de doute et de déni qui font souvent partie de l’expérience plurielle.
  • Si vous pensez être pluriel.le pour d’autres raisons, vous pouvez également travailler avec un.e travailleureuse de soutien multiple. Iel peut vous aider à vous découvrir. 
  • Vous pouvez rejoindre un groupe de soutien comme AlterNation, créé par The Plural Association, pour échanger des idées avec d’autre multiples et leur poser des questions. (ndlr: groupe francophone : Trouble dissociatif de l’identité (TDI) – ATDS – Multiple &+ par TPA)

Je crois que je suis pluriel.le, que faire maintenant ?

  • Établissez le contact avec les autres membres de votre système. 
  • Exprimez votre identité de système de la manière qui vous met toustes le.a plus à l’aise. Certaines personnes sont ouvertement multiples et d’autres préfèrent rester cachées. Certaines personnes n’ont pas ou peu le choix et c’est tout aussi légitime.
  • Allez à une conférence en ligne (lorsqu’elles commenceront) de The Plural Association pour les nouvelleaux multiples ou sur un autre sujet qui vous semble intéressant à toustes.
  • Sachez que vous pouvez utiliser la langage que vous& voulez pour exprimer et expliquer votre pluralité. 
  • Si vous le voulez vous pouvez créer ou trouver des « face claims » pour les membres de votre système (des images de personnes dont l’apparence se rapproche de celle qu’ont les membres de votre système dans votre inner world ou dans votre espace mental).
  • Si vous ne l’avez pas encore fait, vous pouvez rejoindre AlterNation créé par The Plural Association — notre groupe de soutien gratuit. (ndlr: groupe francophone : Trouble dissociatif de l’identité (TDI) – ATDS – Multiple &+ par TPA)
  • Vous cherchez une communauté, une formation, un apprentissage, de l’amitié, et un groupe social réservé aux personnes multiples ? Rejoignez Community : https://www.thepluralassociation.community/
  • Allez voir l’une des autres activités ou des services en ligne créés par The Plural Association pour les personnes multiples. 
  • Si vous le voulez, vous pouvez trouver ensemble un nom de système, mais ce n’est pas nécessaire pour être pluriel.le. 
  • Toustes les membres de système n’ont pas de nom et cela n’est pas grave. En revanche, il est important de se rappeler que chacun.e a le droit d’utiliser le(s) nom(s) et le(s) pronom(s) avec lesquels iel se sent le mieux. 
  • Être pluriel.le n’est pas rare et il est tout à fait légitime de l’être et de vivre une vie plurielle. Seul.e.s vous et vos partenaires de système pouvez décider si vous êtes pluriel.le.s ou pas.
  • Si vous soupçonnez que vous avez une forme de pluralité traumagène ou liée à un trouble, il vous sera peut-être utile d’aller voir un.e thérapeute agréé.e et formé.e en psychotraumatologie qui soit ouvert.e à l’idée de la pluralité.
  • Vous pouvez demander à votre thérapeute de travailler avec ou en parallèle d’un.e travailleureuse de soutien multiple (pair-aidance). Si la liste d’attente est trop longue ou que la thérapie n’est pas une option pour d’autres raisons, s’adresser à un.e travailleureuse de soutien multiple est aussi une bonne option.
  • Si vous pensez être pluriel.le pour d’autres raisons, vous pouvez également travailler avec un.e travailleureuse de soutien multiple. Iel peut vous aider lors de conversations de groupe et vous donner des astuces pour travailler ensemble en tant que système. 
  • Sachez qu’il est réellement acceptable d’être pluriel.le et qu’il existe une communauté riche prête à toustes vous soutenir. Cela ne veut pas forcément dire que vous avez un trouble, et il est tout à fait possible de vivre une belle vie ensemble, que votre pluralité fasse actuellement partie d’un trouble ou non. Même s’il est difficile de trouver un.e bon.ne thérapeute ouvert.e à la pluralité et abordable, iels existent. Ne perdez pas espoir.


Attention, nous ne sommes pas médecins, nous ne pouvons pas vous donner de diagnostic, et cet article ne peut pas vous donner de diagnostic. En revanche, la pluralité ne peut pas être diagnostiquée, car elle n’est pas une maladie en elle-même. Elle peut exister dans le cadre d’un trouble et il s’agit en général du TDI (trouble dissociatif de l’identité) ou de l’ATDS (autre trouble dissociatif spécifié). Si vous avez besoin d’un diagnostic quelle que soit la raison, demandez-le à votre thérapeute agréé.e. Vous n’avez besoin de la permission de personne pour être pluriel.le ou pour utiliser ce terme si vous trouvez qu’il vous correspond.

Article original: https://powertotheplurals.com/how-do-i-know-if-im-plural/