Aller au contenu

[TPA] 10 raisons pour lesquelles l’amnésie ne devrait pas être un critère diagnostique du TDI dans le DSM

Article traduit de Power to the Plurals, écrit par le Stronghold System.

En 1994, quand le Trouble de Personnalité Multiple (TPM) a été supprimé et le Trouble Dissociatif de l’Identité (TDI) a été mis en place, le critère “Incapacité à évoquer des souvenirs personnels importants, trop marquée pour s’expliquer par une simple « mauvaise mémoire ».” a été ajouté au DSM-IV. Plus tard, en 2013, il a été changé par “Fréquents trous de mémoire dans le rappel d’événements quotidiens, d’informations personnelles importantes et/ou d’événements traumatiques, qui ne peuvent pas être des oublis ordinaires.”

Avant que je ne commence ma liste de raisons, j’ai deux avertissements. Le premier étant que j’ai un TDI (avec diagnostic), nous nous identifions en tant que multiples, je ne suis pas docteur·ice. Je suis membre d’une communauté, pair·e aidant·e et fondateur·ice et PDG à but non lucratif pour les personnes avec TDI/ATDS et toutes les autres formes de multiplicité. J’ai personnellement répondu à plus de 5000 questions de différentes personnes multiples et lu des expériences vécues commentées par au moins le double de personnes multiples à qui j’ai répondu. Je soutiens plus de 3000 personnes multiples quotidiennement avec mon équipe.

Mon deuxième avertissement est que cet article est à propos d’un critère diagnostique; Je n’affirme, en aucun cas, que les personnes ayant un TDI n’ont pas d’amnésies ou d’oublis qui sortent de l’ordinaire. Peut-être que vous vous demandez pourquoi je fais cette liste. Beaucoup de signes et de symptômes sont mentionnés dans le DSM à propos de notre trouble. Les critères diagnostiques sont ce qu’il y a besoin, avec des preuves, pour diagnostiquer. C’est l’une des raisons pour lesquelles les traumatismes dans le début de l’enfance ne sont pas des caractéristiques de diagnostic, mais mentionnés comme associés au TDI, pas dans les critères, mais dans l’explication du texte.

Selon mon humble avis, on pourrait éviter beaucoup de problèmes s’iels retiraient l’amnésie des critères diagnostiques et le mentionnaient comme association avec les traumatismes, dans l’explication de texte. Pourquoi ? Et bien, je vous ai fait une liste !

  1. Toutes les personnes multiples dont c’est un trouble, n’ont pas forcément d’amnésies. Par cela, je ne parle pas uniquement des systèmes ayant un ATDS. Le TDI est le seul diagnostic où vos symptômes peuvent “changer” et, à cause de cela, avoir un différent diagnostic, l’ATDS; Parce que vous avez besoin d’avoir TOUS les 3 critères du TDI pour avoir ce dernier. Si vous n’avez plus d’amnésies, vous n’avez plus de TDI, sur le papier. Mais votre multiplicité peut toujours être un trouble. Je ne suis pas sûr·e de combien de personnes ont été diagnostiqué·es avec un TDI et ensuite re-diagnostiqué·es avec un ATDS, parce que leurs symptômes avaient “changés” et n’avaient plus d’amnésies, mais je sais que c’est arrivé. Une clinique entière aux Pays-Bas a été re-diagnostiquée et beaucoup d’entre nous ont vu leur diagnostic changer de TDI vers ATDS.
  2. Huntjes (la psychologue qui a aidé à arrêter la publication du “Dutch DID guidelines”, avec les forces de police néerlandaises. Combien j’aurais souhaité que ce soit une théorie du complot…). Bref, sa recherche validée par ses pairs avait un horriblement petit groupe de femmes (blanches ?) qui avaient été en thérapie pendant 6 à plus de 9 ans. La conclusion qu’elle met dans son article est, à mon humble avis, épouvantable et la section commentaire du site approuvait mon avis là-dessus, mais cet article n’est pas à propos de cela. Cependant, je signale cela juste pour vous faire savoir qu’il y a déjà une recherche validée par ses pairs qui montre que l’amnésie disparaît après thérapie (ma conclusion à sa recherche, pas sa conclusion, malheureusement…). D’où, une personne qui n’a plus les critères diagnostiques actuels pour le TDI, mais a les critères pour l’ATDS. Encore une fois, il n’y a pas d’autres troubles avec cette gradation, pour l’appeler ainsi.
  3. Cela peut amener à l’exagération des signes et symptômes pour pouvoir être entendu·es, cru·es ou légitimes. Et avec Putnam, sa recherche statuant que pour beaucoup dans le système de santé mentale, ça prend entre 6 à 12 ans pour être correctement diagnostiqué·e du TDI, ce qui n’est pas si bizarre que cela arrive. C’est immoral et honteux de blâmer les systèmes ou les alters pour ce comportement; au lieu de prendre la responsabilité, en tant que système de santé mentale, de n’avoir rien fait pour les personnes multiples, dont c’est un trouble ou non, aussi grossièrement pendant des années; supprimant des systèmes dont la multiplicité n’est pas un trouble, niant notre identité ou la possibilité d’avoir voix au chapitre, autorisant les abuseur·euses à publier et leur donner une estrade pour parler des survivant·es d’abus, mettant un président dans l’équipe du DSM qui ne croit pas au TDI et l’affirme publiquement, ignorant les recherches qui montrent que les IRM ont 73 % d’exactitude pour diagnostiquer le TDI. Je peux continuer, mais cette liste n’est pas à propos de cela. 
  4. L’amnésie varie selon les systèmes; c’est pourquoi dans chaque critère diagnostique, trois différents exemples doivent être donnés (les événements quotidiens, les informations personnelles importantes et/ou les événements traumatiques.) L’amnésie varie selon les alters. Avec ou sans la théorie des PE/PAN, je ne connais aucun système qui a des amnésies constantes, sans variations entre les alters, particulièrement quand on prend le temps en considération. 
  5. Nos protecteur·ices voudraient vous faire savoir que l’amnésie est un très, très bon mécanisme de protection et que le critère actuel leur permet de continuer de garder la vérité cachée, parce que le critère diagnostique du DSM le dit. C’est actuellement la description du job. (Sarcasme, j’espère.) 
  6. Nos persécuteur·ices voudraient vous faire savoir que cela leur permet de nous auto-mutiler et nous donner de l’amnésie, parce que le critère diagnostique du DSM le dit. (Sarcasme, j’espère.) 
  7. Cela dépend de l’âge de votre corps si vous vous faites diagnostiquer avec le TDI ou non. C’est un peu une blague, mais pas totalement, parce que “non constant·e dans l’oubli quotidien » n’est pas seulement différent selon les personnes, mais habituellement aussi différent pour quelqu’un de 25 ans que pour quelqu’un de 65. 
  8. “False Memory Syndrome Foundation” (Fondation du Syndrome de Faux Souvenirs) a été dissoute, bien qu’il y ait des personnes utilisant toujours leurs articles… Quoi qu’il en soit, je pense qu’autant de drama, trauma et scandales auraient pu être évités si l’amnésie n’était pas devenue un critère diagnostique, mais plutôt mentionnée dans le texte. Je pense aussi que cela en dit long que l’amnésie n’a pas été retirée des critères en 2012 parce qu’iels ont ajouté l’auto-évaluation en même temps.
  9. L’amnésie dissociative est déjà un trouble à part entière.
  10. Trop souvent, les diagnostics sont un arrêt sur image de la situation actuelle, sous observation médicale. Bien sûr, quelques tests peuvent être faits, mais seulement un·e alter passe le test. S’iels font le même test avec un·e autre alter, iels auront un résultat différent. Peut-être pas dans le score global, mais dans l’expérience de l’amnésie spécifiquement, parce que cela varie selon les alters et le moment. Si différent·es alters font le même test ensemble, c’est juste un mélange de réponses contradictoires, et bien, vous pouvez tirer vos propres conclusions de ce qui se passe quand cela se passe.

“The Plural Association NonProfit” dépend du soutien de la communauté. Merci de penser à faire un don pour l’émancipation des personnes multiples, pour que l’on puisse continuer notre travail si important. Les dons peuvent être faits ici : https://thepluralassociation.org/donate

Article original : https://powertotheplurals.com/10-reasons-why-amnesia-shouldnt-be-a-diagnostic-criterion-for-did-in-the-dsm/

Étiquettes: