[IMG] Le lexique des systèmes

Transcription et images:

Le lexique des systèmes

[CW] explications des mots suivants :

Système
Alter
Types et rôles
Singlet
Front
Switch
Cocoscience
Innerworld
Blurring
Dissociation
Dépersonnalisation
Déréalisation
Harmonisation
Intégration

Système :

Ensemble des alters d’une personne multiple.
Un sous-système est un.e alter qui a ellui-même des alters.

Alter/Headmate :

Désigne les identités de la personne multiple.
Toustes les alters peuvent théoriquement prendre le contrôle du corps, mais toustes ne le font pas. Tout dépend, entre autres, des possibilités et de la personnalité des alters.
Iels sont de différentes natures et ont différentes fonctions. Iels peuvent être de n’importe quel genre, n’importe quel âge, etc.

Certain.e.s sont là pour protéger les autres, d’autres pour assurer le bon ordre, d’autres « sans raison apparente », d’autres pour le quotidien, les possibilités sont infinies et chaque personne multiple a des alters différent.e.s.

Types et rôles :

Il existe de nombreux types et rôles pour aider à mieux comprendre les alters. Le type est défini par les caractéristiques de l’alter tandis que le rôle est défini par son activité dans le système. Ceux-ci feront l’objet d’un post dédié.

Singlet(on) :

Désigne une personne non-multiple, qui n’a pas d’alters, c’est-à-dire la majorité des personnes en fait.

Front(ing) :

Un.e alter qui « front » est tout simplement un.e alter qui est au contrôle du corps. Front a plusieurs variantes, comme fronting, fronter (si si c’est un verbe ^^).

Switch(er) :

Changement d’alter au front.  
C’est quand un.e alter laisse sa place (ou se fait prendre la place, ça arrive aussi) à un.e autre alter pour lui permettre de prendre le contrôle du corps.

Un switch peut être plus ou moins long en fonction de différents facteurs, notamment la volonté de l’alter actuellement au front et celle de l’alter qui veut fronter, l’état émotionnel de chacun.e, l’habitude, etc…

Le rapid switching, c’est quand la personne multiple passe d’un.e alter à l’autre au front de façon très rapide et assez désorganisée. C’est courant en cas de stress ou de triggers (positifs ou négatifs).

Coconscience :

Quand deux alters ou plus sont conscient.e.s en même temps.
 Il arrive (et c’est très courant), qu’un.e alter soit également conscient.e (donc pas dans l’inconscient) même en ne frontant pas. Quand ça arrive, l’alter qui front peut généralement entendre et être influencé.e par l’alter qui est en coconscience avec ellui.
Comme si un.e alter était devant et l’autre juste derrière.
Et autant te dire que quand on est trois ou quatre en coconscience (et ça arrive souvent que toustes les alters soient en coconscience), ça peut être compliqué.

La coconscience peut être volontaire ou non. Il peut y avoir des coconsciences quasi-permanentes et choisies tandis que certain.e.s alters peuvent venir en coconscience sans s’en rendre compte et sans savoir comment ni pourquoi.

Innerworld/Headspace :

Désigne l’inconscient au départ.
C’est « l’endroit » où les alters sont quand iels ne frontent pas.
Certain.e.s multiples ont un monde intérieur (innerworld) « matéralisé », volontairement ou non, ce qui permet aux alters de vivre dans l’inconscient. L’aménagement du headspace est différent pour chaque système, certain.e.s préfèrent un château, d’autres une île, d’autres une ville classique avec des habitations, d’autres une simple table de discussion, bref, c’est au choix et aux possibilités de chacun.e et de ses alters.

Il est très courant que l’innerworld ne soit également qu’une zone toute noire (parfois appelée « black mind »). Tout dépend vraiment d’un système à l’autre.

Blurring/Purpling :

Deux mots qui nomment ce flou cosmique qui peut se produire parfois, quand on ne sait plus trop où s’arrête un.e et où commence l’autre.
Il arrive que ça foire un peu (beaucoup) parce que les pensées et/ou les sentiments d’un.e ou plusieurs alters viennent parasiter l’alter qui front.
C’est souvent involontaire, et généralement non-conscient (parce que le cerveau est trop buggé pour s’en rendre compte).
Donc t’es chelou, tu sais pas pourquoi, et la seule solution, c’est de comprendre qui est là et pourquoi pour agir (et si t’en as pas conscience, bah c’est encore moins évident).  il devient vraiment difficile de réfléchir ou d’agir (ce genre de moment où tu peux par exemple passer d’une pièce à l’autre sans savoir ce que tu faisais la seconde d’avant, 100 fois par jour, tu vois le tableau ?).

Dissociation : dépersonnalisation, déréalisation :
Dissocier, c’est un vaste terme, c’est en quelques sortes être « déconnecté.e » de l’ici et maintenant.

La dépersonnalisation, c’est l’impression d’être détaché.e de son corps, de son esprit ou de ses sentiments. En gros, c’est comme observer sa vie ou ses réactions de l’extérieur.

La déréalisation, c’est l’impression d’être détaché.e de son environnement, des personnes, des objets, etc… comme si tout était plus ou moins irréel.

Il s’agit de symptômes dissociatifs, fréquents en cas de trouble dissociatif de l’identité et d’autres troubles dont ceux d’origine traumatique.  

Harmonisation et intégration :

Il y a deux grands types de thérapies dans le cas du TDI.
On peut s’y adapter et s’arranger avec toustes les alters pour que la communication soit bonne et que la vie soit gérable, il s’agit de la thérapie d’harmonisation.
Ou il y a la thérapie d’intégration, c’est-à-dire la « fusion » des identités pour devenir un.e « singlet ».
Il arrive qu’une intégration se produise entre seulement deux alters,
Parfois, l’intégration est involontaire, notamment dans le cas précédent. Parfois, elle est choisie.
Malheureusement, l’intégration est souvent forcée suite à une thérapie « de normalisation », ce qui peut avoir des conséquences graves pour la personne.

Quelle que soit la thérapie, le choix est personnel et l’essentiel est que toustes les alters soient d’accord avec la voie empruntée.